Rénovation écoénergétique : comment vous y prendre ?

En 2022, celui qui souhaite rénover sa maison optera de préférence pour la rénovation écoénergétique. Qu’est-ce que cela signifie exactement ? Quel en est le prix ? Et comment vous y prendre ?

Qu’est-ce que la rénovation écoénergétique ?

Il s’agit d’une rénovation totale visant le niveau de performance énergétique d’une habitation neuve. Idéalement, chaque partie de l’enveloppe du bâtiment (toit, murs, châssis ...) présente le coefficient d’isolation (ou valeur U) recommandé, afin que vous puissiez chauffer votre habitation de façon économique en énergie.

Pourquoi rénover de manière écoénergétique ?

La rénovation écoénergétique est un investissement, mais de nature à vous faciliter la vie. Tout d’abord, votre facture d’énergie diminuera car vous aurez besoin de moins d’énergie pour chauffer votre habitation. De plus, votre confort se trouvera également amélioré. Imaginez : plus de recoins froids dans votre habitation, toujours une température intérieure agréable ...

Mais la rénovation écoénergétique est également positive pour l’environnement. En effet, moins nous consommons d’énergie, moins nous émettons de CO2. Et si nous optons également pour des sources d’énergie renouvelables, notre empreinte écologique s’en trouvera encore réduite.

Le prix d’une rénovation totale

De nombreux facteurs influencent le prix d’une rénovation totale ou d’une rénovation écoénergétique. Celui-ci dépend en grande partie des travaux que vous envisagez d’effectuer. Une rénovation de toiture, par exemple, sera vite plus coûteuse que la pose d’une isolation murale. La main-d’œuvre et le choix des matériaux ont également un impact sur le coût. La laine de verre, par exemple, est connue pour être un matériau d’isolation moins coûteux que les panneaux PIR.

En moyenne, vous pouvez tabler sur 750 € à 1.500 € le m2 environ. Afin de couvrir les coûts imprévus, prévoyez une marge de 10 % en plus de votre budget. Sachez cependant qu’il existe de nombreuses primes et autres initiatives visant à encourager les rénovations écoénergétiques. Vous entrez donc peut-être en ligne de compte pour certaines primes.

Envie de connaître le coût des nouveaux châssis et portes ? Notre indicateur de budget vous donne une première estimation.

Comment rénover de manière écoénergétique ?

Il existe de nombreuses manières de rénover de manière écoénergétique, mais le plus logique est de commencer par le haut, avec le toit, où se produisent la plupart des déperditions thermiques. Les murs extérieurs viennent en deuxième position, suivis par les châssis et portes et l’isolation du sol. Dans un processus de rénovation idéal, les techniques telles que le chauffage, la ventilation et l’électricité constituent la dernière étape.

Pourtant, ce type de plan par étapes est plus facile à dire qu’à faire. L’arbre cache pour vous la forêt ? Un coach en rénovation écoénergétique peut vous aider dans votre démarche. Cet expert indépendant vous donnera des conseils personnalisés et vous guidera tout au long du projet.

Vous souhaitez également rénover vos châssis et portes de manière écoénergétique ?

Après le toit et les murs extérieurs, les châssis et portes constituent la troisième plus grande source de déperdition thermique. En moyenne, environ 15 % de la chaleur peut être perdue à travers ceux-ci, même dans les habitations équipées de double vitrage.

Vos châssis ont au moins 10 ans ? Il est alors judicieux de remplacer le verre et les profilés. Gardez ces 4 points d’attention à l’esprit.

  1. Optez pour un vitrage à haut rendement.

Plus la valeur Ug du vitrage est faible, plus le vitrage est isolant. Le vitrage à haut rendement présente une valeur Ug de 1,0 ou davantage et isole deux à trois fois mieux que le double vitrage classique. Le triple vitrage, qui présente une valeur Ug de 0,8 à 0,5, constitue encore un meilleur choix.

  1. Soyez attentif à la valeur Uf des profilés.

Les profilés se voient également attribuer un coefficient d’isolation (valeur Uf). Le choix du matériau est décisif : le pvc obtient souvent de meilleurs résultats que l’aluminium et le bois. Avec le type d’intercalaire, la valeur Ug et la valeur Uf déterminent le coefficient d’isolation global ou valeur Uw du châssis.

  1. Optez pour des intercalaires warm edge.

Chaque châssis composé de plusieurs feuilles de verre est équipé d’un intercalaire, une latte qui sépare les feuilles de verre. Dans le passé, il s’agissait généralement d’une latte d’aluminium, mais il existe aujourd’hui des intercalaires ‘warm edge’. Ces lattes en plastique insolent beaucoup mieux que leurs prédécesseurs.

  1. Placez suffisamment de châssis au sud.

Bon à savoir : les châssis orientés au sud vous offrent une chaleur solaire gratuite en hiver. Prévoyez cependant des protections solaires telles que pare-soleil ou screens pour empêcher la chaleur de pénétrer en été. Vous profiterez ainsi de vos nouveaux châssis de manière optimale.

Plus de conseils sur la façon de mener au mieux votre rénovation ? Demandez notre guide Châssis & Portes > Petites rénovations dans un showroom près de chez vous.

Magazine Belisol

Commandez maintenant votre exemplaire gratuit !

Soyez au courant de nos nouveautés et laissez-vous inspirer

Magazine gratuit

Nos show-rooms

Belisol compte plus de 40 show-rooms avec des experts locaux dans toute la Belgique.

  • Des châssis et portes de qualité adaptés à vos goûts, à votre habitation et à votre budget.
  • Un placement par des experts et des finitions soignées.
  • Un métré détaillé et un traitement professionnel et ponctuel de votre commande.
  • Un contrôle qualité et 10 ans de garantie.